Appelez-nous: +1 (514) 342-4969

  • B"H

The Weekly Share – 11 Cheshvan

The Weekly Share – 11 Cheshvan

Nourriture pour l’âme

Voyage de l'âme

Dans la Parsha Lech Lecha (Genèse 12:1-17:27), D.ieu parle à Abram, lui ordonnant: « Va de ton pays, de ton lieu de naissance et tu es la maison de ton père, vers le pays que je te montrerai. » Là, dit D.ieu, il sera transformé en une grande nation. Abram et sa femme, Sarah, accompagnés de son neveu Lot, voyagent vers le pays de Canaan, où Abram construit un autel et continue de répandre le message d'un seul D.ieu.

Le rabbin Menachem Feldman écrit :« Le voyage d'Abram était loin d'être sans défi. Il a été contraint de descendre en Égypte, où sa femme a été enlevée. Ses relations étroites avec son neveu Lot et sa concubine Hagar ont été testées. D.ieu l'informa que ses descendants deviendraient esclaves pendant 400 ans. Pourtant, Abram a compris que plus le voyage est difficile, plus le gain spirituel est grand. Abram a compris qu'une descente est essentielle, et donc partie intégrante, du voyage vers le haut.

L'histoire d'Abram est l'histoire de chaque âme. L'âme trouve son origine dans les mondes spirituels, entourée de sagesse et de conscience divines. L'âme est alors appelée à entreprendre le voyage que nous appelons la vie. Ce voyage des mondes spirituels à la vie dans ce monde physique semble être une descente pour l'âme. Il ne peut plus se prélasser dans la lueur de l'illumination spirituelle et de la proximité avec la Lumière Infinie. Il ne peut plus rester dans le domaine des idées abstraites. Sur cette terre, l'âme doit s'occuper des besoins concrets du corps : nourriture, abri et confort. L'âme n'est plus dans le monde d'Avram, le monde de la connaissance abstraite et de l'illumination. L'âme est ici même sur la planète Terre.

Chabbat Chalom

Rachel (1553 avant notre ère)

Ce Shabbat commémore le décès de notre matriarche Rachel, décédée le 11 Cheshvan de l'année 2208 depuis la création (1553 avant notre ère). Rachel est née à Aram (Mésopotamie) vers 1585 avant notre ère. Son père était Laban, le frère de la mère de Jacob, Rebecca. Jacob est venu chez Laban en 1576 avant notre ère, fuyant la colère de son frère Esaü. Il est tombé amoureux de Rachel et a travaillé pendant sept ans à s'occuper des moutons de Laban en échange de sa main en mariage. Mais Laban a trompé son neveu, et le matin après le mariage, Jacob a découvert qu'il avait épousé la sœur aînée de Rachel, Léa. Laban a accepté de lui donner Rachel aussi comme épouse en échange de sept autres années de travail. Rachel est restée sans enfant pendant de nombreuses années, tandis que sa sœur aînée et rivale a donné naissance successivement à six fils et une fille. Enfin, en 1562 avant notre ère, elle a donné naissance à Joseph. Neuf ans plus tard, alors que Jacob et sa famille étaient sur la route de la maison ancestrale de Jacob à Hébron, elle a donné naissance à un deuxième fils Benjamin, mais elle est décédée durant l’accouchement. Jacob l'enterra au bord du chemin, à Bethléem; là, « Rachel pleure sur ses enfants, car ils sont partis [en exil] » (Jérémie 31:14). Son tombeau a servi de lieu de prière aux Juifs pendant plus de 35 siècles.

Extrait d'un article de Chabad.org

L’esprit sur la matière

L'escalier en colimaçon

Le Baal Shem Tov a décrit la vie comme un escalier en colimaçon, s'éloignant constamment de votre objectif afin de l'atteindre.

En yiddish, cela s'appelle un « escalier escroc ». Certains chassidim sages ont souligné un lien : la vie vous fait croire que vous tournez en rond alors qu’en réalité vous voyagez plus haut chaque jour. C'est la voie de toute ascension véritable et durable : tout comme vous progressez vers le haut, vous vous voyez tomber et trébucher dans l'obscurité.

Si vous pouviez voir l'ensemble du tableau, comment toutes les choses se résolvent à la fin, vous verriez comment ces périodes d'obscurité et d'échec sont vraiment des étapes encore plus et plus élevées. Ils doivent être. Parce que nous n'avons pas créé la vie. D.ieu l'a fait. Et pour Lui, il n'y a pas d'échecs, seulement une ascension constante vers le haut.

Rabbin Tzvi Freeman

Pensée du Moshiach

Trois autels

Au cours de notre parasha [Lech Lecha] Abraham a construit trois autels. Le premier était à Sichem, en remerciement pour la nouvelle qu'il aurait des enfants et qu'ils recevraient la Terre d'Israël. Il construisit le second près d'Ai, en guise d'intercession pour ses descendants. Il construisit le troisième à Hébron, pour la possession effective de la Terre d'Israël. Le Midrash note qu'il l'a construit à Hébron parce que c'est là que tous les anciens d'Israël ont conclu une alliance avec le roi David et l'ont oint roi d'Israël. Dans ce contexte, les trois autels font allusion à trois étapes du culte de D.ieu et à trois époques correspondantes de l'histoire juive : les temps des premier et deuxième Beit Hamikdashet le temps du troisième Bet Hamikdash qui sera avec la venue de Machiach..  

Extrait d'un article du rabbin J. Immanuel Shochet


J’ai toute une histoire pour vous

Une nation d'étoiles scintillantes

La première neige de l'hiver est toujours un délice, mais pas quand elle arrive en octobre. Découragé par la méchante tempête, je me suis réveillé ce matin-là et je me suis aventuré dans une rue parsemée d'arbres tombés et de fils abattus. Les feux de circulation étaient hors service et les rues étaient glissantes, mais la vraie surprise est venue lorsque j'ai découvert que notre synagogue était sans électricité. Sans lumière, nous avions du mal à effectuer la prière du matin. Un certain nombre de participants réguliers sont arrivés et ont partagé ma tristesse; beaucoup sont partis peu de temps après pour prier à la maison, mais plusieurs sont restés. Nous avons allumé des bougies, enfilé les téfilines et nous nous sommes assis pour prier. Mon regard a erré dans la pièce et mon esprit s'est lentement relevé. J'ai été enchanté par la scène pittoresque, la synagogue assombrie, les flammes vacillantes et les têtes penchées sur les bougies lisant dans la pénombre; c'était un décor qui rappelait le shtetl.

Une chaleur se répandit en moi alors que j'examinais la pièce, car dans l'obscurité je voyais la cordialité du Juif. Il faisait sombre, froid et glacial, la synagogue était sans chauffage ni lumière, pourtant rien ne pouvait empêcher ces Juifs de prier envers D.ieu. C'était le matin, et malgré les éléments, malgré les obstacles, ces Juifs étaient à la synagogue. J'ai réalisé que le Juif est en effet, comme D.ieu l'a promis à Abraham, comme les étoiles du ciel.

C'est en effet ce que D.ieu voulait dire quand il a dit à Abraham : « Regarde vers le ciel et compte les étoiles, vois si tu peux les compter. Et Il lui dit alors : « Ainsi (nombreux) seront tes enfants. »1 La science doit encore découvrir, et encore moins compter et identifier, chaque étoile. C'est parce qu'ils opèrent dans les confins lointains des galaxies sombres, et l'œil nu ne peut pas percer le vaste ciel pour les voir tous. Pourtant, malgré l'obscurité, une étoile occasionnelle nous regarde de loin. C'est pour cette raison que les étoiles amènent tellement de réconfort. Nous sommes attirés par eux parce que leur lumière scintillante nous fait signe ; ils nous rappellent que chaque défi peut être surmonté, chaque distance peut être parcourue et chaque obscurité peut être éclairée.

Plutôt qu'un obstacle à la lumière, les étoiles voient l'obscurité comme une opportunité de briller. Tout comme ces Juifs qui priaient dans la synagogue obscure, penchés sur la lumière faible et vacillante. Ces Juifs sont mes vedettes : jamais intimidés par les défis, jamais submergés par l'obscurité et jamais effrayés par la nuit. Ce sont les étoiles, qui ne laissent jamais un obstacle se mettre en travers de leur engagement. Ce sont les étoiles qui nous inspirent dans la nuit. Ce sont les étoiles, à la lumière desquelles nous n'avons aucune raison de craindre l'obscurité.

Ce ne sont pas les bougies qui m'ont éclairé ce matin froid, mais les têtes branlantes au-dessus de ces bougies. Dans ces têtes branlantes, j'ai vu les étoiles dont D.ieu a parlé à Abraham.

Rabbin Lazer Gurkow

Partagez-le sur