The Weekly Share – 19 Iyar

The Weekly Share – 19 Iyar

Nourriture pour l’âme

Lag BaOmer

Lag BaOmer (cette année Vendredi, le 30 avril, 2021) est une journée festive du calendrier juif, célébrant la hilloula (l’anniversaire du décès) du grand sage Rabbi Shimon Bar Yochai, auteur du Zohar. Il commémore également un autre événement. Dans les semaines entre la Pâque et Chavouot, un fléau a fait rage parmi les disciplines du grand sage Rabbi Akiva « parce qu’ils n’agissaient pas respectueusement les uns envers les autres ». Ces semaines sont donc observées comme jour de deuil, avec diverses activités joyeuses proscrites par la loi et la coutume. À Lag BaOmer, les étudiants de Rabbi Akiva ont cessé de mourir. Ainsi, Lag BaOmer porte également le thème de l’amour et du respect envers son prochain (Ahavat Yisrael).

Partout dans le monde, il est de coutume de passer la journée à l’extérieur, en profitant de la beauté naturelle du monde de D.ieu. En cette période de restrictions quant à la manière et à l’endroit où les gens peuvent se rassembler en groupes, certaines communautés juives ont organisé des défilés de voitures et d’autres événements innovants pour célébrer Lag BaOmer. Renseignez-vous auprès des synagogues locales et des centres Chabad pour un évènement près de chez vous. Si vous pouvez vous rentre dans un parc de votre région en toute sécurité, allez-y. Sinon, faites comme vous pouvez, que ce soit dans votre jardin, ou même sur votre balcon. Trouvez de la musique juive ou écoutez simplement vos propres favoris aussi fort que possible, sans déranger vos voisins. Si vous pouvez avoir votre propre barbecue, des hot-dogs ou des steaks casher, selon votre budget, faites un après-midi mémorable et amusant en plein air. 

Lag BaOmer est également un jour où certains des secrets les plus profonds du Zohar, le texte fondateur du mysticisme juif, ont été communiqués. Quelle meilleure activité pour votre célébration de Lag BaOmer (en particulier pour les adultes) que d’apprendre du Zohar ? Visitez Chabad.org pour des informations et de l’inspiration sur Lag BaOmer.


Chabbat Chalom

4ème chapitre

En préparation pour la fête de Chavouot, nous étudions l’un des six chapitres de l’Éthique des Pères du Talmud Avot), l’après-midi de chacun des six Shabbatot entre la Pâque et Chavouot. Demain, nous commençons à étudier le quatrième chapitre. Parmi les merveilleuses paroles de ce chapitre, voici une citation de Ben Zoma. Il disait : « Qui est sage ? Celui qui apprend de chaque personne. Comme il est dit (Psaumes 119 :99) : « Grace à tous mes professeurs, je suis devenu sage, car vos témoignages sont ma méditation. » Qui est fort ? Celui qui domine ses inclinations. Comme il est dit (Proverbes 16 :32), « Mieux vaut celui qui est lent à la colère que celui qui a de la force ; celui qui gouverne son esprit plutôt que le « ravisseur » d’une ville. »


L’esprit sur la matière

Délires de colère

Il y a des gens qui vivent leur vie en croyant que D.ieu est en colère contre eux. « Après tout » disent-ils, « pourquoi ne devrait-Il pas l’être ? je l’ai abandonné. J’ai fait des choses qu’Il n’aime pas. En fait, je ne pense presque plus à Lui. Pourquoi devrait-il se soucier de moi ? »

Au contraire, ils se font des illusions. Au cœur de leur conscience brille une étincelle de D.ieu, éveillé et palpitant dans tout ce qu’ils font. En effet, cette étincelle ne les laisse pas seuls ; Et d’en haut ne déverse que l’amour infini qui ne s’apaise ni ne change. Qu’est-ce qui bloque l’entrée de cet amour ? Qu’est-ce qui retient l’étincelle intérieure ? Rien d’autre que ces illusions.

Rabbi Tzvi Freeman


Pensée du Moshiach

« Vous aimerez votre prochain comme vous-même » (Kedoshim 19 :18)

C’est la mitsva éternelle d’Ahavat Yisrael, aimer nos frères et sœurs Juifs, que Rabbi Akiva a appelé « le grand principe de la Torah ». C’est aussi une mitsva qui amènera la rédemption messianique. 

Dans le même contexte, on nous enseigne dans les Pirkei Avot 1 :12 : « soyez des disciples d’Aaron : aimant la paix et recherchant la paix, aimant les créatures (de D.ieu) et les rapprochant de la Torah ». 

Il est certain qu’aujourd’hui, comme nous sommes si proches de la rédemption de la galout (exil) causée par la haine gratuite, nous nous sommes grandement améliorés dans l’observance de cette mitsvaÀ l’heure actuelle, nous devons donc passer à un nouveau niveau. Au cours de ces derniers jours de la galout , nous devons essayer de « goûter » à la qualité merveilleuse de d’Ahavat Yisrael de l’ère messianique, un absolu d’Ahavat Yisrael d’âme à âme, qui transcende toutes les différences insignifiantes qui causent des conflits.  

D’un article par Rabbi J. Immanuel Schochet


J’ai toute une histoire pour vous

Colère, colère !

Le rabbin Michoel Gourarie écrit à propos d’un homme qui a raconté l’incident suivant : « L’autre jour, quelqu’un m’a interrompu pendant que je conduisais, provoquant presque un accident. J’ai perdu mon sang-froid, j’ai maudit le chauffeur et j’ai continué à crier pendant un moment. Ma femme m’a suggéré de me calmer et d’apprendre à contrôler ma rage. J’ai argumenté que même si je savais que la colère est un trait négatif et destructeur, cette fois cela n’avait pas d’importance car la personne qui m’a énervé ne pouvait pas entendre ce que je disais, j’étais juste en train de me défouler pour me sentir mieux. Qu’en penses-tu ? »

La réponse du Rabbin Gourarie a été la suivante : « Perdre son sang-froid et maudire le conducteur qui ne peut pas entendre est mauvais pour vous en tant que personne.. Dans le livre du Lévitique, il y a un verset (19 :14) qui déclare : « Vous ne maudirez pas une personne sourde. » Nos sages expliquent que cette interdiction n’est évidemment pas limitée à quelqu’un qui n’entend pas. Se mettre en colère, insulter ou utiliser un mauvais langage envers qui que ce soit est une interdiction. Pourquoi alors la Torah sélectionnerait-elle les sourds ?

Le grand philosophe Maïmonide explique que la Torah nous enseigne une leçon fondamentale dans notre croissance en tant qu’être humain. Parfois, nous croyons qu’un comportement ou un langage négatif n’est problématique que lorsqu’il fait du mal à quelqu’un d’autre. Nous pensons que nous avons le droit de nous comporter comme nous le souhaitons, du moment que nous le gardons pour nous. On pourrait donc croire que maudire une personne sourde n’est pas si grave parce qu’elle n’entend pas ce qui se dit. Cependant, cela est complètement faux.

En se concentrant sur la personne sourde, la Torah corrige cette erreur. Le but et l’avantage d’un comportement approprié sont autant pour nous-mêmes que pour les autres. Nous avons la responsabilité non seulement d’aider les autres et de protéger leur dignité, mais aussi de nous assurer que nous raffinons et développons une identité sensible, compatissante et respectueuse pour nous-mêmes.

« Perdre votre sang-froid et maudire le conducteur qui n’entend pas est mauvais pour vous. Vous devrez explorer des stratégies alternatives et efficaces pour contrôler votre colère. Si vous apprenez à le faire dans votre voiture, vous serez également plus calme avec vos amis et votre famille. Encore une fois, votre femme a raison. Conduisez prudemment et calmement. »

*****

Le rabbin Yossy Goldman écrit : « il y a plusieurs années, j’essayais d’aider un homme à organiser un get (divorce religieux juif) pour sa femme séparée et déjà divorcée civilement. Le problème était qu’elle refusait de coopérer. (Habituellement, le problème est l’inverse.) J’ai donc engagé un de mes amis avocat pour m’aider. Le lendemain, il m’a appelé pour me dire que tout est réglé. Je n’en croyais pas mes oreilles. « Comment avez-vous fait ? » J’ai demandé. Il a répondu avec une sincère sincérité que j’ai été complètement surpris. « Je l’ai appelée et lui ai dit : « je crois que tu n’es pas un ogre. » Immédiatement, j’ai reçu une réponse favorable et l’affaire a été réglé. »  

Personne n’est vraiment un ogre, ajoute le rabbin Goldman. « Si nous pouvons apprendre à donner aux gens le bénéfice du doute, nous pourrions être surpris de voir à quel point ils peuvent être amicaux et coopératifs. »

Partagez-le sur