The Weekly Share – 20 Cheshvan

The Weekly Share – 20 Cheshvan

Nourriture pour l’âme

Vayeira

La Paracha Vayéra (Genèse 18:1-22:24) détient beaucoup d’informations, mais l’incident avec Agar et Ismaël mérite un examen spécial puisque Sarah est souvent à tort considérée comme la vilaine par ceux qui ne comprennent pas la Torah.

Il y avait des tensions amères dans la maison d’Abraham. Lequel des deux enfants d’Abraham serait choisi pour perpétuer son héritage? Abraham favorisait Ismaël, puisqu’il était le fils aîné et personnifiait la bonté ; un trait qu’il partageait avec Abraham. « Bien qu’Abraham et Ismaël faisaient tous deux preuve de bonté, le forces de motivation respectives derrière leurs actions ne pouvait être plus éloignées l’une de l’autre, » écrit Rabbi Menahem Feldman. La bonté d’Abraham était motivée par son humilité, celle d’Ismaël par l’arrogance. Sarah vit cela et s’inquiéta qu’Ismaël ait une influence négative sur Isaac. Chana Weisberg écrit : « En observant le comportement d’Ismaël, Sarah discerna qu’il ferait du mal à Isaac en le blessant physiquement ou en lui faisant du mal spirituellement par ses voies pécheresses. Elle ne pouvait pas risquer de l’avoir chez elle et adopta une approche de tolérance zéro à l’égard de son intimidation. » Bien qu’Abraham ait eu du mal à bannir Agar et Ismaël, il le fit après que D.ieu lui eut dit : « Ne sois pas mécontent pour l’enfant [Ismaël] et ta servante ; quoi que te dise Sara, écoutes sa voix, car en Isaac sera appelée ta postérité. Mais je ferai aussi du fils de la servante une nation, parce qu’il est ta postérité.»

Le nom Sarah signifie « princesse » ou « souveraine », ajoute Weisberg, « l’audace et l’intrépidité de Sarah servent de modèle. Tenons-nous vraiment compte de ce qui serait le mieux pour nos enfants ? pour leur développement personnel unique? Malgré ce qu’en dit la société, ou ce que diront nos voisins, nos amis, nos collègues ou nos proches, sommes-nous prêts à faire ce qui sera le plus significatif pour nous-mêmes et nos familles, sans crainte de rejet social? Écoute sa voix, dit D.ieu à Abraham. Trouve TA voix de Sarah. Trouve ta voix intérieure. Trouve la voix de la noblesse, de la force et de l’audace. Trouve la voix qui connaît intuitivement le meilleur chemin pour ton développement spirituel. »

D’après les articles Pourquoi Ismaël fut-il rejeté et suivez vos Convictions, Chabad.org


Chabbat Chalom

Toutes sortes de miracles

Pourquoi la vie des sages est-elle remplie de miracles? Parce qu’ils ouvrent leur esprit à la vérité et y travaillent jour et nuit. Ils sont le mental éveillé du cosmos – à travers eux la Lumière Infinie entre dans ce monde.

Donc, bien sûr, la nature s’incline devant eux, les anges les attendent, et tout est arrangé pour servir leur mission.

Mais D.ieu fait toutes sortes de miracles et certains se fondent parfaitement dans l’ordre des choses ci-dessous. Ce sont des miracles impossibles : ils n’enfreignent aucune règle, mais changent tout ; en vérité, ce sont les miracles les plus impressionnants, ceux qui révèlent l’Infini sans retenue dans la nature finie des choses quotidiennes.

Ce Chabbat, prenez le temps de réfléchir aux « miracles impossibles » – petits et grands – que D.ieu a accomplis dans votre vie.

Inspiré par Le monde à vos pieds et l’échec miraculeux de Rabbi Tzvi Freeman, Chabad.org


L’esprit sur la matière

S’entrainer aux miracles

Le ligotage d’Isaac fut la dernière des dix épreuves par lesquelles D.ieu mit à l’épreuve la foi d’Abraham, à commencer par le moment où Abraham fut jeté dans une fournaise ardente pour ses croyances monothéistes, et survécut miraculeusement. Sa foi, comme un muscle, se fortifiait à chaque défi.

Les gens qui sont testés disent souvent : « Je n’ai jamais pensé que je pourrais faire cela! » Ils sont étonnés de leur propre force alors qu’ils surmontent le défi. Ils considèrent leurs réalisations comme miraculeuses : « Je suis naturellement une personne impatiente; le fait que je sois devenu un parent patient est miraculeux. »

Pourquoi D.ieu nous met-il à l’épreuve? La réponse se trouve dans le mot « test », « nes », qui signifie aussi « miracle ». Le test est là pour faire ressortir le miracle en vous. Pour obtenir la force qui est inhabituelle et inconnue. D.ieu ne t’ignore pas, il t’entraîne à être miraculeux.

Extrait de l’article Faith Under Fire, de Rochel Holzkenner, Chabad.org


Pensées de Machia’h

Surmonter les obstacles et les obstructions

La rédemption messianique, y compris son stade le plus élevé, est déjà inhérente, même maintenant, en effet, depuis l’exode, sauf qu’il doit encore devenir manifeste dans notre réalité physique. La conscience et la réalisation de ce fait rendent beaucoup plus facile de surmonter tous et tous les obstacles et obstructions, dans ce monde en général, dans l’ère de la galout (exil) en particulier, et surtout de nos jours, à la toute fin de la galout, quand nous sommes sur le seuil de l’âge messianique et Machia’h est sur le point de venir.

D’après un article du rabbin J. Immanuel Schochet


J’ai toute une histoire pour vous

Aller toujours un peu plus loin

Pour sauver une vie, on couvre le mile supplémentaire. Je l’ai vu de première main après avoir appris que j’avais la SLA (maladie de Lou Gehrig). Un groupe de cinq rabbins, dont la plupart ne me connaissaient pas vraiment, s’est chargé de veiller à ce que ma famille soit prise en charge et que j’obtienne les soins médicaux dont j’avais besoin. Quatre ans plus tard, ils sont toujours là pour nous. Et avec eux, il y en a tellement qui nous ont aidés, financièrement, émotionnellement, en nous inondant d’amour, de repas et plus encore.

C’est une leçon que nous pouvons tirer de la lecture de la Torah de cette semaine, Vayéra, où D.ieu dit à Abraham qu’Il va détruire Sodome et Gomorrhe. Nous lisons « ... Et Abraham se tenait encore debout devant D.ieu. Et Abraham s’avança et dit, “anéantirais Tu le juste avec le méchant?”

Si Abraham était encore debout avant D.ieu, pourquoi s’est-il avancé?

Rashi explique qu’il ne s’est pas avancé dans le sens physique ; il s’est préparé émotionnellement à défendre Sodome et Gomorrhe de l’anéantissement. Il a abordé le cas de trois façons : discussion intense avec D.ieu, L’apaiser et prier vers Lui.

Nous voyons qu’il a fait les trois. D’abord, parlant sévèrement, il a dit : « Voulez-vous effacer les justes avec les méchants? » En apaisement, il a dit : « Il serait profane pour vous de faire une telle chose, de faire mourir les justes avec les méchants, afin que les justes et les méchants soient pareils, ce qui seraient un sacrilège pour vous ! Le Juge du monde entier ne jugera-t-il pas équitablement? » Enfin, dans la prière, il dit : « Voici, je commence à parler à mon Seigneur, alors que je suis poussière et cendre. »

On nous enseigne qu’Abraham manifestait l’attribut de la bonté affectueuse (‘Hessed). Dans la haftorah de la semaine dernière, D.ieu l’appelle même, « Abraham mon amant ». Il semble donc étrange et hors de caractère qu’Abraham ouvre sa discussion avec des mots sévères. Pourquoi ne commence-t-il pas par des mots d’apaisement ou de prière, et si cela ne fonctionne pas, alors essayer des mots sévères? Ce serait plus dans le caractère avec l’Abraham que nous connaissons. La différence est qu’il y avait des vies en danger. L’ange chargé de détruire Sodome et Gomorrhe était déjà en route. Abraham alla à l’encontre de sa nature et parla d’abord sévèrement, ne faisant pas de calculs diplomatiques parce que des vies étaient en jeu.

Les histoires de nos ancêtres sont une leçon pour nous, leurs enfants. Tout comme nous héritons d’Abraham la bonté et l’amour qu’il avait, nous devons être prêts à agir quand le besoin en est, comme il l’a fait. Lorsque le bien-être d’un autre est en jeu — qu’il s’agisse de son bien-être spirituel ou physique —, ce n’est pas le moment de faire des calculs. C’est le moment d’agir, de vous lancer dans la tâche avec une action forte et efficace, même si cela signifie aller à l’encontre de votre nature. Pour sauver une vie, on fait un effort supplémentaire.

Voir le travail des enfants d’Abraham dans ma vie et la vie de ma famille est incroyable, et nous en sommes si reconnaissants. Vous avez vraiment sauvé nos vies. Que les mérites de la bonté et de l’amour que donne tout le peuple juif soient la Mitzva qui fera pencher la balance et mette en mouvement la venue de Machia’h. Qu’il vienne bientôt.

Par Rabbi Yitzi Hurwitz, Les gens qui ont sauvé ma famille, Chabad.org

Partagez-le sur