The Weekly Share – 21 Nissan

The Weekly Share – 21 Nissan

Nourriture pour l’âme

Le septième  jour de Pessach

Le septième et huitième jour de Pessach sont célébrer comme jours festives, qui couronnent toute la semaine de célébration commençant avec le premier seder. En Israël, seulement le septième jour est célébré. Le dernier jour de Pessach 2021 commence avant le coucher du soleil le 2 avril et termine après la tombée de la nuit le 4 avril.

Qu’est-ce qui s’est passé le septième jour de Pessach ? 

Les enfants d’Israël ont quitté l’Égypte, où ils étaient esclaves pour plusieurs générations. Malgré sa décision initiale têtue, Pharaon a finalement permit au peuple Juif de quitté l’Égypte et de passé trois jours spirituelle dans le désert, après avoir subi les dix makot (fléaux). Trois jours plus tard, quand les Israélites ne sont pas revenues, Pharaon remarqua qu’ils étaient partis pour de bon et qu’ils étaient indépendant et en liberté, en chemin vers dans la Terre Promise. Il prépara sont meilleur cheval et appela son peuple à le rejoindre à la poursuite de ses anciens esclaves. Après une courte poursuite, l’armée égyptienne a rattrapé les Israélites sur les rives de la Mer Rouge. Les Israélites étaient piégés ; il n’y avait nulle part où aller autre que dans la mer.

Ensuite D.ieu commanda Moïse de lever son bâton et séparer la mer, permettant aux Israélites de traverser la mer sur la terre sèche. Quand les égyptiens ont essayé de les suivre, la mer s’est refermer sur eux. Les chariots, les cavaliers, et les chevaux, ont tous péris dans la mer. Submergé de gratitude, Moïse chanta avec les Israélites « la chanson de la mer. » Miriam regroupa les femmes et chanta également une chanson de remercîment avec des tambours. Ce miracle a eu lieu durant la matinée du septième jour de Pessach.

Rabbin Menachem Posner

Pour apprendre davantage sur le septième et huitième jour de Pessach, visitez chabad.org.


Chabbat Chalom

« Le loup habitera avec l’agneau… »

Le septième et huitième jour de Pessah sont des jours festifs, ainsi nous ne travaillons pas, à l’exception de certains travaux lié à la préparation de la nourriture. Durant ces jours-là, nous récitons des prières festives et les femmes et jeunes filles allument les bougies la veille des deux jours. Plusieurs ont la coutume de rester réveiller la veille du septième jour de Pessach à étudier la Torah pour remercier D.ieu pour le grand miracle de l’ouverture de la Mer Rouge. Durant la prière du matin du huitième jour, la prière du Yizkor est réciter en mémoire de tous ceux qui sont décèdes. 

Traditionnellement, nous associons le huitième jour de Pessah avec la venue du Moshiach. Pour cette raison, la haftara de ce jour contient plusieurs prophéties de la rédemption. Par exemple, le passage bien connu : « Le loup habitera avec l’agneau ; le léopard s’allongera avec les jeunes chèvres » ; « Il lèvera une bannière pour les nations et se rassemblera dans les exiles d’Israël. » 


L’esprit sur la matière

« Il a transformé la mer en terre sec »

La phrase suivante est souvent utilisé pour décrire le miracle de l’ouverture de la mer : « Il a transformé la mer en terre sec. » Dans la chassidut, la mer est une métaphore du monde matériel où la présence divine est cachée. Tout comme l’eau de la mer recouvre tout ce qui est en dessous, notre existence matérielle cache la force divine qui contient son existence. La transformation de la mer en terre sec symbolise la révélation de cette vérité cachée qui démontre que le monde n’est pas séparé de D.ieu mais plutôt complètement unis avec Lui.

Le Rebbe de Loubavitch


Pensées de Machia’h

Repas futuriste

Rabbin Menachem Posner écrit : « Le Baal Shem Tov remarque que le dernier jour de Pessach, les rayons de la rédemption du Moshiach brille déjà. Il a instruit de participer à un repas spécial en fin journée. Rabbin Shalom Dov Ber de Loubavitch a ajouté qu’il faut boire quatre verres de vin durant le repas reflétant les deux seder qui ont été célébrer les deux premiers soirs de fête. » Le lien que le Baal Shem Tov a créé entre la notion du Moshiach et le monde physique est éclairant, car il nous prépare pour la révélation de la rédemption. À cette ère, la présence divine qui est envelopper dans ce monde physique sera complètement révéler. Tout comme le déclare le prophète Isaiah, « La gloire de D.ieu sera révéler, et ensemble toute chair le verra. » À ce moment « La gloire de D.ieu » pénètrera même dans l’aspect physique de ce monde.

Chabad.org


J’ai toute une histoire pour vous

Nachshon

Il était prince de la tribu de Judah. Il était le beau-frère d’Aaron le grand prêtre. Malgré que tout le monde hésitait, il a sauté dans la mer. Il était Nachshon, le fils d’Aminadav. Voici le portrait de l’homme dont l’action silencieuse a laissé une marque sur notre nation.

Nachson était un descendant de la cinquième génération de Judah, fils de Jacob. Il apparaît pour la première fois dans la Torah quand Aaron épouse sa sœur : « Aaron prit pour femme Elisheva, fille d’Aminadav, sœur de Nachshon. » La Torah ne mentionne généralement les noms que lorsqu’elle mentionne quelqu’un de nouveau, ainsi les commentaires se demandent pourquoi le frère d’Elisheva est également mentionné ici.

Ils suggèrent qu’avant d’épouser Elisheva, Aaron s’était renseigné sur Nachshon, son futur beau-frère. Nous apprenons d’Aaron que lors de la recherche d’une femme, il est important de se renseigner sur ses frères. Des beaux-frères honnêtes est normalement une indication que la sœur sera une bonne partenaire. 

Sept jours après avoir quitté l’Égypte, les Israélites se sont retrouvés pris au piège entre une mer déchainée et l’armée égyptienne. Puis, D.ieu donna à Moïse un ordre qui semblait impossible à accomplir : « Parle au peuple d’Israël ; ils voyageront. » 

L’ordre a été donné d’avance, mer ou sans mer. Mais qui ferait le premier pas ? À ce moment, le dévouement et la bravoure de Nachshon sont apparus. Le Midrash et le Talmud partagent :

Quand Israël s’est tenu face à la mer et que l’ordre a été donné d’avance, chacune des tribus a hésité en disant : « Nous ne voulons pas être les premiers à sauter dans la mer. »

Nachshon a vu ce qui se passait et a sauté dans la mer.

À ce moment, Moïse se tenait debout et priait. D.ieu lui dit : « Mes bien-aimés se noient dans les mers orageuses, et tu es debout en train de prier ? »

Moïse a répondu : « Maître du monde, que dois-je faire ? »

D.ieu répond : « Tu lèves ton bâton et tu étends ta main sur les mers qui se diviseront et Israël entrera dans la mer sur la terre sèche. »

Et il fut ainsi. Suivant Nachshon, les Israélites sont entrés dans la mer et ont été sauvés.

Le Midrash énumère plusieurs récompenses pour l’acte courageuse de Nachshon, y compris que le royaume éternel d’Israël a été donné à sa tribu, Judah, et que le Mashiach sera également son descendant. 

Nachshon était aussi parmi les soixante-dix à qui Moïse a transmis son esprit. Cependant, sa nomination eut un résultat tragique. Nous lisons que la deuxième année après avoir quitté l’Égypte, « les gens cherchaient à se plaindre, et cela fut mauvais aux oreilles de D.ieu. D.ieu a entendu, et sa colère s’est enflammée, et un feu de D.ieu a brûlé parmi eux, dévorant les extrêmes du camp. » Le Midrash explique que les « extrêmes du camp » font référence aux soixante-dix hommes élus, dont Nachshon. 

Néanmoins, le nom de Nachshon est devenu synonyme de courage et de volonté à faire ce qui est juste. Inspiré par Nachshon, le roi David a écrit dans les Psaumes : « J’ai sombré dans des profondeurs obscures, et il n’y a pas de place pour se tenir ; Je suis entré dans les eaux profondes et le courant m’a emporté…Que le courant de l’eau ne m’entraîne pas, ni la profondeur ne m’avale, et que le puits ne ferme pas sa bouche sur moi. »

Le Rabbi voyait l’acte de Nachshon comme un appel à l’action : « Un homme du nom de Nachshon a sauté dans la mer et a provoqué le grand miracle de la séparation de la mer. » Techniquement, il n’avait aucune obligation à le faire. Mais il savait que D.ieu voulait qu’Israël avance vers le Mont Sinai. Alors, il a fait ce qu’il fallait. Il y avait une mer sur son chemin, donc, il a sauté dans la mer et a avancé vers son objectif. « La leçon pour nous tous est que nous devons rester concentrés sur la mission de nos vies que nous envisageons, sans tenir compte de tous les obstacles. » 

D’après un article par Rabbi Mendy Kaminker

Partagez-le sur