The Weekly Share – 26 Sivan

The Weekly Share – 26 Sivan

Nourriture pour l’âme

Vérités minoritaires

Dans les démocraties comme dans la loi juive, la majorité règne. Un beit din (tribunal de droit de la Torah) doit toujours être composé d'un nombre impair de juges, de sorte qu'il doit toujours y avoir une opinion majoritaire. Mais parfois la majorité se trompe. L'histoire dans la Parsha Shelach, des douze espions envoyés par Moïse en Terre Promise, en est un bon exemple. 

Seuls deux des douze, Josué et Caleb, sont restés fidèles à leur chef, au but de leur mission et à l'assurance de D.ieu que c'était un bon pays. Les dix autres espions partageaient une différente opinion. Les espions ont été envoyés en mission de reconnaissance pour déterminer la meilleure façon d'aborder la conquête à venir du pays de Canaan. Au lieu de faire ce pour quoi ils avaient été envoyés - suggérer la meilleure voie à suivre - dix des douze espions ont rapporté un rapport négatif destiné à intimider les gens et à les décourager d'entrer dans un féroce « pays qui dévore ses habitants », et qui a conclu avec « nous ne pouvons pas monter ».

Les gens ont répondu en conséquence. Ils crièrent à Moïse, se lamentant de leur départ même d'Égypte. Alors D.ieu a décrété que cette génération n'était pas digne de Sa précieuse Terre Promise. De plus, ce jour de pleurs, où ils ont pleuré sans raison valable, deviendrait un jour de larmes pour des générations. En effet, expliquent nos sages, cela s'est produit le 9 Av, le jour qui allait devenir un jour de deuil pour la destruction de nos Saints Temples et de nombreuses autres calamités nationales à travers l'histoire.

Maintenant, la question que je voudrais poser ici est : pourquoi les gens n'ont-ils pas suivi les deux bons espions, Josué et Caleb, au lieu des autres ? La réponse évidente : ils étaient en minorité et en infériorité numérique. Dix contre deux, pas de concours. Règles de la majorité.

Tragiquement, cependant, ils ont soutenu les perdants. Et le résultat a été pour eux un voyage prolongé dans le désert, et une tragédie pour nous tous à ce jour. Ainsi, bien que nous puissions être de fervents démocrates et croire au processus démocratique, il est clair qu'il y aura des moments où la minorité aura raison.

D’après un article par Rabbin Yossy Goldman


Chabbat Chalom

Pourquoi allumer au moins deux bougies de shabbat?

En fait, vous pouvez accomplir la mitsvah d'allumer des bougies de Shabbat avec une seule bougie. Cependant, la coutume est d'allumer plusieurs bougies. La raison fondamentale pour laquelle nous allumons deux bougies pour le Shabbat est qu'elles correspondent aux deux formes de la mitsvah du Shabbat : les commandements positifs et négatifs associés à la sanctification du Shabbat. Nos sages nous disent que la raison pour laquelle nous allumons les bougies de Shabbat est d'apporter la paix et la tranquillité dans la maison. Selon certains, c'est l'une des raisons pour lesquelles deux bougies représentent le mari et la femme. Certains expliquent que la raison d'allumer au moins deux bougies est basée sur l'enseignement talmudique selon lequel le Shabbat, nous recevons une âme supplémentaire, ce qui nous imprègne d'un sens supplémentaire de sainteté et de spiritualité tout au long de la journée. La bougie supplémentaire correspond à la deuxième âme. Alors que la coutume répandue est d'allumer au moins deux bougies pour Shabbat, beaucoup ont la coutume d'en allumer plus.

D’après un article par Rabbi Yehuda Shurpin


L’esprit sur la matière

La perfection

Arrêtez de chercher la perfection et commencez à réparer le monde.

Vous devez commencer par savoir qu'il n'y a rien de parfait dans ce monde.

Notre travail n'est pas de trouver la perfection et d'y vivre.

C'est de prendre tous les morceaux cassés que nous avons trouvés
et les placés ensemble pour créer de la beauté.

Rabbin Tzvi Freeman


Pensée du Moshiach

Affiner le monde physique

[La] perfection ultime de l'ère messianique et du temps de la résurrection des morts dépend de nos actions et du service de D.ieu pendant toute la durée de la galout (exil). Le péché des espions [dans la Parsha Shelach] était qu'ils essayaient de contourner le processus de ce raffinement du monde physique et de le préparer pour Machiach.

Les enchevêtrements mondains, l'implication dans les affaires du monde, peuvent être ennuyeux, difficiles et désagréables pour celui qui aspire à des hauteurs spirituelles. Ils font cependant partie du plan divin et, comme l'explique le chassidisme : « L'intention ultime de la descente et de l'exil est de se préparer à une immense ascension quand, aux jours du Machiach, la lumière de D.ieu rayonnera dans une manière manifeste ! » 

D’après un article par Rabbin J. Immanuel Schochet


J’ai toute une histoire pour vous

Mission possible

Une histoire : le rabbin Hirsh Altein souffrait d'énormes maux de dos, et après avoir essayé sans succès de nombreux médicaments et traitements, tous les spécialistes qu'il a visités lui ont dit que la chirurgie était le seul moyen de se débarrasser du problème. Lorsqu'on a demandé conseil au Rabbi, il a laissé entendre que la chirurgie n'était pas nécessaire ; il doit y avoir une crème sur le marché qui pourrait résoudre le problème ! Mais les médecins ont continué à insister sur le fait qu'ils ne connaissaient aucune alternative à la chirurgie. En dernier recours, le rabbin Altein a rendu visite au Dr Avrohom Seligson (le médecin personnel du Rabbi et un chassid dévoué). Le Dr Seligson, qui n'était pas un spécialiste du dos, a examiné le rabbin Altein et lui a prescrit une pommade pour le dos. Effectivement, jusqu'à son décès plus de vingt ans plus tard, le rabbin Altein n'a jamais eu de récidive de ses maux de dos.

Lorsqu'on a demandé au Dr Seligson comment il savait prescrire telle ou telle crème, alors que tous les spécialistes pensaient que la chirurgie était la seule option, il a répondu : « Les résultats de l'examen ont indiqué qu'il avait besoin d'une intervention chirurgicale, mais le Rabbi a dit que ce n'était pas le cas. J'ai réalisé que le Rabbi voulait simplement un « récipient » à travers lequel un miracle pourrait se manifester, alors j'ai prescrit la crème la plus simple et la moins chère disponible sur le marché ! »

La mission des espions à Canaan visait à recueillir des informations sur l'ennemi. On leur a dit d'explorer la configuration du terrain, ainsi que ses fortifications naturelles et artificielles. Ils devaient rendre compte des forces et des faiblesses de l'ennemi et des ressources naturelles sur lesquelles ils pouvaient compter en temps de bataille. Cette information serait utilisée par l'état-major militaire israélite pour formuler une stratégie de combat appropriée pour la bataille imminente pour conquérir la Terre Sacrée.

Les espions, qui étaient tous des gens pieux avec une intégrité incontestable, ont accompli fidèlement leur tâche, mais ce qu'ils ont vu leur a retourné l'estomac : les Cananéens étaient une nation puissante, un peuple gargantuesque avec une force impressionnante. Pas moins de 31 rois avaient des palais royaux défendus par des contingents militaires sur le continent de Canaan. Il n'y avait aucun moyen, concluaient les espions, pour les Israélites de remporter une victoire naturelle contre le redoutable ennemi cananéen. « Nous ne pouvons pas nous tenir contre le peuple, car il est plus fort que nous », ont-ils déclaré ! Pourtant, cette conclusion honnête eut des résultats désastreux. D.ieu fut très mécontent de leur rapport et de la réaction qu'il engendra, et cela provoqua la disparition prématurée de toute la génération qui quitta l'Égypte.

Où les espions se sont-ils trompés ? Le Rabbi explique que les espions se sont trompés en supposant qu'ils devaient parvenir à une conclusion. On leur a dit d'aller en Canaan et de rapporter des faits secs : la nature du pays et sa population, etc. On ne leur a pas demandé de rendre une décision concernant la faisabilité de conquérir le pays. D.ieu avait promis aux Juifs une victoire militaire contre les Cananéens, et donc ce n'était pas une question discutable. La question n'était pas de savoir si si cela pouvait être fait, mais comment cela serait fait.

C’est la même chose pour nos vies personnelles. Nous sommes tous « envoyés en mission » dans ce monde, pour illuminer notre environnement du rayonnement de la Torah et des mitsvot. Souvent l'opposition semble trop redoutable ; les obstacles semblent insurmontables. Lorsque ces pensées nous viennent à l'esprit, nous devons nous rappeler que si D.ieu nous a confié la mission, elle peut certainement être accomplie. Notre travail est seulement de comprendre comment le faire.

D’après un article par Rabbin Naftali Silberberg

Partagez-le sur