The Weekly Share – 29 Tishrei

The Weekly Share – 29 Tishrei

Nourriture pour l’âme

Le Grand Déluge

Dans la Parsha Bereishit (Genèse 1 :1-6 :8), nous lisons sur la création du monde, de Adam et Ève, suivi par leur fils, Caïn et Abel. Ensuite, Seth, le troisième fils de Adam fut né. Le descendant de la huitième génération à Seth, est Noé, le seul homme vertueux dans un monde pourri.

Dans la prochaine Parsha, notamment Noah (Genèse 6 :9-11 :32) nous apprenons sur Noé et le Grand Déluge. « Selon le mysticisme juif », écrit Chava Shapiro, « en amenant le déluge, Dieu tremper le monde dans un (bain rituel). Les 40 jours de la durée du déluge donne nuance aux 40 se ’ha - mesures d’eau requises pour qu’un mikveh soient considérée kascher, selon la loi Juive. Donc, le déluge n’était pas une forme de punition mais plutôt un procès purificateur, où il était nécessaire pour le monde de subir, afin d’être purifié et renaître. Bienvenu au monde 2.0. Dans cette nouvelle réalité, la connaissance de la sainteté a non seulement affecté la terre, mais a aussi saturée pleinement la terre et tous ce qui l’habité. La spiritualité était devenue tellement habituelle, enraciné si profondément dans l’essence de l’existence même, que chaque humain pouvait maintenant l’accéder en eux-mêmes. Elle était devenue une conscience qui pénétrait et enracinait, et qui s’exprimait dans les véritables fibres de l’univers. »

« Mais ce n’est pas tout. Le message du déluge est encore plus profond, » elle ajoute. « Le déluge représente tous nos problèmes et soucis – surtout ceux qui nous tourmente de l’extérieur…Le déluge est tous ce qui menace d’étouffer l’étincelle divine qui est en nous, qui aspire et languit à s’exprimer, mais se sent noyée par les toutes les anxiétés et pressions de la vie…Ne vous laissez pas vous inonder dans l’oubli. D’abord, prenez du réconfort dans l’arc. Ensuite, attrapez la barre. »


Chabbat Chalom

Shabbat Bereishit

Le 17 Octobre (29 Tishrei) sera le jour de Shabbat Bereishit. Pourquoi est-il ci nommé ? A chaque semaine de l’année, nous lisons une autre portion de la Torah. Ce cycle se termine et recommence à Simchat Torah, lorsque nous lisons la dernière portion de V’Zot HaBerachah et les premières lignes de la première portion, Bereishit. Elle sera lue au complet au prochain Shabbat. Il est cité, au nom du troisième Rebbe de Chabad, (connu comme le Tzemach Tzedek), que la manière dont nous nous conduisons durant le Shabbat Bereishit détermine le ton pour toute l’année.

Ce Shabbat est convenablement destiné à encourager et inspirer des ‘farbrengens’ (assemblées), ainsi qu’à établir des résolutions pour augmenter l’étude de la Torah. Ce Shabbat nous aide à rassembler l’énergie spirituelle du mois dernier, et assure ainsi que nous restions sur la bonne voie pour le long chemin à venir.

A partir d’un article du Rabin Menachem Posner


L’esprit sur la matière

L’Arc

Il y a une tempête furieuse en mer. Les vagues atroces et déferlantes qui se battent sur la côte, trainant tout avec elle, ne laissant que la désolation. Cette mer est le monde ou l’on a été lancé. Les vagues sont le stress et l’anxiété de l’indécision lorsque l’on ne sait quelle direction prendre, ni sur quoi dépendre. Constamment dans le vas et viens de la dualité – en haut et en bas, chaud et froid. Faites comme ce qu’a fait Noé et construisez un arc. En hébreu, arc est teivah – qui veut aussi dire, « un mot. » Votre arc sera les mots de méditation et de prière. Entrez dans votre arc et au lieu de vous noyer, laisser les eaux vous porter vers le haut.

Par Rabin Tzvi Freeman


Pensées de Machia’h

« L’Arc de soleil sera visible dans le ciel. » Noé 9 :14

Le Zohar (I :72b) déclare que l’arc en ciel est un des signes de la rédemption future

Il y a, parmi les commentateurs, ceux qui notent que l’arc en ciel est indicatif de la purification et raffinement dont le monde est passé à travers par raison du déluge. Antérieurement au déluge, les nuages furent très grossiers, prévenants la réflexion du soleil. Mais, par la suite, les nuages sont devenus plutôt raffinés et reflétés la lumière du soleil, ceux qui amena l’arc en ciel. Ceci est donc la connexion entre l’arc en ciel et la rédemption future : Avec l’arrivé du Moshiach, le monde entier atteindra le sommet de perfectionnement.

A partir d’un article par le Rabin J. Immanuel Schochet


J’ai toute une histoire

L’Histoire de la Création : Tout y compris

Alors, comme travail, je vends de la publicité pour notre calendrier annuel, et j’approche un propriétaire d’un magasin local avec un formulaire et une copie de l’édition de l’année précédente. Je feuillète les pages avec elle et je lui montre la belle mise en page en couleur et toutes les photos et arts Juives qui sont parfaitement étalées à travers le calendrier. Lorsqu’elle ait fini de feuilleté, elle demande, « Quel est ce chiffre sur le devant ? » Je réponds simplement, « Le nombres d’année depuis la création. »

Il eut du silence. « Vous n’êtes pas sérieux ? » elle demande. Elle ne savait point si j’existai dans l’âge des ténèbres ou bien si j’étai dans le déni complet – et me voilà qui lui demandai de me faire confiance avec son argent ?

Car vraiment ! N’avait vous jamais entendu parler de datation au carbone ? N’y a-t-il pas des étoiles à des milliers d’années-soleil d’ici ? N’avez-vous jamais entendu le mot « dinosaures » ? Ce n’est pas facile de croire en la Torah quand on est coincé sur la validité du premier chapitre – même pas, plutôt la première phrase.

Eh bien, je vous demande d’éclairer votre esprit et de me céder un moment pour présenter mon cas. Prenons les choses à leur valeur nominale. Dieu a créé le monde en six jours. Adam et Ève se tenait debout dans le Jardin d’Éden. Maintenant, a quoi ressemble-t-il, ce jardin ? N’oubliez pas, le monde n’a que six jours et le gazon était créé le troisième jour… est-ce que c’était un jardin ? Un champ avec des graines ? Une pépinière de jardin ? Ça ne semble pas très exotique ni exactement un paradis !

Sur ce train de pensée, quand ils se sont mis à manger de l’arbre – comment était le fruit qui avait seulement trois jours ? Combien d’anneaux avait cet arbre ? Et ce n’est pas tout – comment aurait Adam et Ève pu arriver à le prendre, ou même arriver à marcher, puisqu’ils n’avaient que deux heures ? Et ce serpent…il n’avait que deux jours…dites-donc, qu’est-ce qu’ils ont vite grandit ! Surement, nous avons manqué quelque chose.

Lorsque vous vous installer pour lire votre histoire préférée, le premier chapitre commence avec Jean, un jeune courtier de 32 ans et sa femme Amy, une décoratrice d’intérieur avec un degré de Princeton, montent leur allée et arrivent à leur coloniale de deux étages, au centre-ville de Boston. Le livre continue ainsi pour 244 pages de plus et couvre un temps de cinq mois. Mais, lorsque vous arrivé au bas de la première page – quel est l’âge de l’histoire ?

Cela dépends. L’auteur pense que, pour l’intérêt de cette histoire, elle n’a juste quelques secondes. Mais en vérité, Jean et Amy tous les deux, ont quelques décennies derrière eux. Le fait qu’ils étaient nés, ont grandis et ont fait leurs études, se sont rencontrés et ensuite se sont mariés et ont acheté une maison, sont tous des parties importantes de l’histoire - mais ces détails sont placés à travers les pages qui suivent, tel que l’auteur le présume nécessaire pour le récit. Parfois nous arrivons à comprendre ces détails et comment ils ont rapport à l’histoire, et d’autres fois, ça reste un mystère.

Mais non pêche que les caractères ont 32 ans, l’histoire n’a que quelques secondes rendu là ! Ces caractères ont une longue histoire détaillée, mais le livre ne commence qu’au moment où l’auteur choisi de lever le rideau et nous introduire au jeune couple qui montent leur allée pour entrer chez eux.

Également, quand Dieu créa le monde, il leva le rideau tranquillement au cours de six jours pour dévoiler un monde riche et complet et l’énormité de planification qu’y compris dans chaque détail. Et dans ce scenario, il y a des dinosaures, des anneaux autour des arbres, des animaux matures, des continents qui se déplacent, des peuples en pleine croissance et la lumière qui traverse à des énormes distances extraordinaires, à travers les galaxies. Et au bon moment, - il y a exactement 5770 ans – Il ouvert le livre à la première page. 

Par Rabin Mendel Teldon

Partagez-le sur