The Weekly Share – 5 Kislev

The Weekly Share – 5 Kislev

Nourriture pour l’âme

Lentilles et droits d’aînesse

Dans la Paracha Toldot (Genèse 25:19-28:9) nous apprenons la naissance de jumeaux à Isaac et Rebecca. Jacob et Ésaü sont très différents. Jacob est "l’habitant des tentes", un érudit assidu de la Torah, tandis qu’Ésaü est un "chasseur habile" et un homme de violence.

Nous lisons aussi comment un jour, quand Ésaü revient de la chasse, épuisé et affamé, il trouve Jacob faisant cuire des lentilles. Ésaü veut les haricots; Jacob lui offre de lui donner la casserole en échange du droit d’aînesse d’Ésaü. En tant que premier-né jumeau, Ésaü aurait été celui choisi pour le ministère dans le temple de D.ieu. Ésaü accepte l’offre et le marché est conclu.

Avance rapide de quelque 275 ans. Nous sommes dans le Livre de l’Exode maintenant (4:22), et D.ieu envoie Moïse à Pharaon pour libérer Son peuple. Il les décrit comme b’ni be’hori Yisrael — "Mon fils, Mon premier né, Israël." Rashi, citant le Midrash, commente : "Ici le Saint Béni soit Il a apposé Son sceau à la vente du droit d’aînesse que Jacob a acheté d’Ésaü."

ICI? Il a fallu tant de temps à D.ieu pour apposer son sceau d’approbation sur un accord qui a été conclu des centaines d’années plus tôt? Pourquoi seulement maintenant?

Le regretté Rosh Yeshiva Israélien, Rabbi M.Z. Neriyah, a donné cette explication : Vous pouvez vendre votre droit de naissance pour des haricots, mais vous ne pouvez pas acheter un droit de naissance pour des haricots. Il est facile de se débarrasser de son héritage sacré, mais il faut des années d’efforts et beaucoup de travail pour y prétendre.

Être juif est en effet le droit de naissance de tout juif. Mais il ne suffit pas que D.ieu nous choisisse, nous devons choisir D.ieu. Nous devons gagner notre droit de naissance en vivant en tant que Juifs. Ce n’est pas assez que nos parents et nos grands-parents étaient de bons Juifs, que mon Zayde était un rabbin ou un scho’het et que ma Bobba faisait les meilleurs blintzes du monde. Que faisons-nous pour gagner nos galons? En effet, vous pouvez vendre votre droit de naissance pour des haricots. Mais vous ne pouvez pas acheter un droit de naissance pour des haricots.

D’après un article du rabbin Yossy Goldman


Chabbat Chalom

Séparation de la ‘Halla

Lorsque le peuple juif entra pour la première fois dans la terre d’Israël et s’y installa, l’un des nombreux cadeaux qui leur fut commandé de donner au Cohanim, la tribu sacerdotale qui servait dans le Temple saint, était la « ‘Halla » — une portion de pâte séparée de son bol à pétrir chaque fois qu’ils faisaient cuire du pain.

La Séparation de la ‘Halla est l’une des 613 mitzvot (commandements divins) qui constituent le corps et l’âme de la vie juive. Pleine de sens spirituel, elle est l’une des trois premières mitzvot de la femme juive et a un effet profond sur l’esprit et le cœur de celle qui l’accomplit, sur sa maisonnée et sur le caractère même de son foyer. Depuis plus de cent générations, les femmes juives du monde entier ont accompli cette belle Mitzva qui transforme la vie. Pour plus d’informations, visitez Chabad.org


L’esprit sur la matière

Cœur et esprit

Pour que le judaïsme survive, soutient Isaac, vous avez besoin de passion, d’engagement et de force émotionnelle. Vous avez besoin d’un Ésaü pour porter, sauvegarder et mettre en œuvre votre message. Rebecca n’est pas d’accord. Ésaü a un potentiel impressionnant, en effet. Mais il a besoin de Jacob comme boussole. Laissé à lui-même, Ésaü peut utiliser les bénédictions pour faire avancer ses désirs de base plutôt que de perpétuer l’héritage de son grand-père. Rebecca convainc donc un Jacob réticent à voler les bénédictions conçues pour Ésaü. Elle comprend la qualité puissante d’Ésaü. Mais elle réalise que le pouvoir chaotique d’Ésaü a besoin de direction. Il a besoin de Jacob.

Aujourd’hui, la tendance est de « suivre son cœur », de mener un style de vie motivé par le désir. La pensée hassidique dit le contraire. Bien sûr, la passion et la motivation du cœur sont des forces puissantes qui peuvent vous propulser vers de grands sommets, mais sans les conseils de l’esprit, votre passion peut vous propulser vers un endroit où vous ne voulez pas être.

D’après un article du rabbin Menachem Feldman


Pensées de Machia’h

” Eikev (Parce que) Abraham a écouté Ma voix… ” (Toldot 26:5)

Le mot Eikev signifie aussi « talon ». L’implication est qu’Abraham a écouté avec tout son être. La parole de D.ieu pénétrait même la partie la plus basse et la plus matérielle de son corps. Lorsque le service de D.ieu pénètre la totalité d’une personne, même son « talon », on peut être assuré qu’il aura le courage de surmonter tous les défis qui se présentent à lui.

En effet, par rapport à nos prédécesseurs, nous sommes le « talon ». Cela peut amener à se demander pourquoi c’est précisément notre génération qui mérite la venue de Machia’h. Cependant, c’est précisément notre service de D.ieu, la fin même du processus de préparation du monde, qui accomplira les étapes nécessaires pour réaliser la rédemption.

D’après un article du rabbin J. Immanuel Schochet


J’ai toute une histoire pour vous

Pourquoi D.ieu a-t-Il créé le mal?

Impuissants et trahis, mon frère et moi étions là, seuls avant l’aube. Nous n’étions que des enfants; lui était un adolescent et j’avais peut-être dix ans. Nous avions entrepris un voyage passionnant : nous prenions le train pour l’avion et l’avion pour notre maison où, après une année complète d’école, nous reverrions notre famille. Nous aurions dû prendre un taxi, nous aurions dû le savoir, mais nous étions des enfants, confiants et naïfs.

Nous étions partis pour la gare et il ne lui a pas fallu longtemps pour nous trouver; nous étions une proie facile. Une menace et trente secondes plus tard, nous étions dépouillés de l’argent, de l’enthousiasme et de la confiance. Je ne me souciais pas de l’argent; j’étais trop jeune pour cela. Une seule chose me dérangeait. Pourquoi ? Quel genre de mal pousse un être humain à voler ? Et d’enfants avec ça ! Nos espoirs brisés et nos cœurs dans nos gorges, nous apprenions une amère leçon ce jour-là; la vie n’est pas aussi innocente que les enfants se soucient de croire.

Pourquoi D.ieu a-t-il créé le mal et à quoi sert-il ? Je n’aurais pas pu répondre à cette question ce jour-là, mais aujourd’hui, avec le recul et des décennies d’études, j’offre les idées suivantes.

Nos sages ont enseigné que D.ieu a créé le monde par pure bienveillance. Il a voulu donner la bonté à l’humanité. Parce qu’Il est parfait, Il a voulu accorder la bonté parfaite. En d’autres termes, D.ieu a voulu se donner Lui-même.

Il aurait pu créer un monde parfait avec des gens qui imitent parfaitement leur Créateur. Mais ces gens auraient été une pauvre émulation de D.ieu. Ils n’auraient pas été intrinsèquement bons; leur bonté aurait été accordée d’en haut. Ce serait une perfection empruntée.

D.ieu n’a pas créé le mal pour que nous puissions nous y adonner, mais pour que nous puissions l’éviter. Si le mal n’existait pas, choisir contre lui ne serait pas possible, et la perfection nous échapperait. Ce mal est une option viable qui nous permet de choisir contre elle et d’affirmer notre bonté inhérente.

D.ieu n’a pas créé le mal pour que nous puissions nous y adonner, mais pour que nous puissions l’éviter. Si le mal n’existait pas, choisir contre lui ne serait pas possible, et la perfection nous échapperait. Ce mal est une option viable qui nous permet de choisir contre elle et d’affirmer notre bonté inhérente.

Nos sages enseignèrent que D.ieu désirait une demeure dans le royaume inférieur. En termes spirituels, ce qui se perçoit comme plus proche de D.ieu est plus élevé, ce qui se voit plus loin de D.ieu est plus bas. Le royaume le plus bas est celui où D.ieu est complètement inconnu et invisible. Là où D.ieu est si l’on peut dire absent, le mal existe. Pourtant c’est ici, au milieu d’un monde rempli de mal (potentiel) que D.ieu veut que nous construisions une demeure pour Lui.

G‑d thus created evil. Not so that humanity would choose it, but so that humanity could choose it. Could, but hopefully wouldn’t. Inevitably some would fail and choose evil; a lower realm makes immoral behavior possible. But G‑d also knew that not everyone would gravitate to evil. Most of humanity would be upright; they would choose ethics, morality, holiness and G‑dliness. In this way the lower realm would be transformed into a dwelling place for G‑d.2

Nous comprenons maintenant pourquoi Rebecca a donné naissance à des frères jumeaux, l’un juste l’autre mauvais. Dès le sein maternel ils ont été dressés l’un contre l’autre; leurs enfants enfermés dans une bataille perpétuelle. Ésaü représente le mal et Jacob représente la sainteté. Sans Ésaü, ce monde n’est pas un royaume inférieur. Sans Jacob ce monde ne peut pas devenir une demeure pour D.ieu. Les deux sont uniformément jumelés, faits pour lutter l’un contre l’autre. Mais à la fin, Jacob l’emportera et Ésaü cherchera humblement l’entrée dans la demeure divine : "Le plus âgé servira le plus jeune."

Le jour viendra où l’humanité transformera ce royaume inférieur en une demeure sacrée pour D.ieu En ce jour, les enfants se promèneront sans crainte. Les enfants n’auront plus à douter leur innocence. Ils ne craindront plus le voleur, car ce jour-là même le voleur changera ses voies. Ce jour-là, l’humanité sera inspirée par l’étincelle et l’éclat de la sainte maison de D.ieu. Le mal sera éradiqué et le Machia’h arrivera enfin.

D’après un article du rabbin Lazer Gurkow

Partagez-le sur